Olivier Roncin, producteur de Poischiche Films

« La réponse à l’appel au projet Le breton, j’y vais de France 3 Bretagne, TV Rennes 35, Tébéo, Ty télé, Télénantes s’inscrit dans un investissement de Poischiche Films de longue date dans la production de fictions et de magazines culturels en langue bretonne depuis 2006. Cette nouvelle production est soutenue par le CNC (centre national du cinéma), soit au titre d’oeuvres de création, soit au titre de magazines culturels ainsi que par la Région Bretagne et le département d’Ille-et-Vilaine. Cette production est la toute première de cette ampleur ».

Luc David, réalisateur

« Le producteur, Olivier Roncin, avait déjà fait appel à moi pour la réalisation d’Istorioù Breizh en 2010 (série-fiction sur l’histoire de la région). Il cherchait quelqu’un qui avait l’expérience du format court et humoristique, ce qui était mon cas, puisque j’avais réalisé Un gars, une fille, avec le couple devenu mythique Jean Dujardin et Alexandra Lamy » explique le réalisateur québécois Luc David.

Critiques spectateurs sur le site Allocine.fr

« Super série ! Mes cours de bretons datant de la fac sont enfin mis à épreuve ! Merci ! » Bruno G.

« Je pensais au départ que le seul intérêt de ce sitcom était qu’il soit bilingue, et en fait non, pas seulement, les personnages sont attachants, les histoires modernes, les situations cocasses et l’humour parfois décapant. J’ai plaisir à voir et revoir cette pépite des aventures de la famille Morzhadeg! » Sylvia B.

« Je ne parle pas breton, sinon je vous aurai bien sûr écrit un petit mot en breton, mais quelle joie de vous retrouver chaque dimanche midi ! Bravo à tous et bonne continuation ! » Julie P.

Articles de presse

Breizh Kiss Breizh Kiss

Avant-première de Breizh Kiss à France Télévisions

Vidéo du premier épisode de Breizh Kiss (cliquez ici)

Tous les épisodes (cliquez ici)

 

Résumé : La famille Morzhadeg vit dans une maison près de Rennes. Le père, Loig, 45 ans, divorcé, est très amoureux de sa nouvelle compagne, Mathilde, une jeune femme de 32 ans, qui, après de nombreux séjours à l’étranger vient s’installer dans la maison familiale. Loig parle naturellement breton avec ses enfants Budog et Maela, deux lycéens en pleine fleur de l’âge mais Mathilde, elle, ne parle pas le breton et c’est là que l’histoire commence à se corser…